BORDERLINE remonte à mon enfance et à un homme que j’appelais Deda. Grand-père tchèque à l’âme slave et au coeur déraciné. Aujourd’hui, je crois que le respect, l’intérêt, que devraient porter les adultes à leurs « pères » s’apprend dès le plus jeune âge. Par chance, Deda n’a pas fini sa vie, parqué et ignoré dans un de ces lieux créés pour ça. Ces gens que j’ai approché, entre mots et silences, m’ont bouleversé. Je leur donne la parole.


BORDERLINE tente à travers ces témoignages et ces images, de montrer que le vieillard, funambule magnifique en équilibre sur le fil vie/mort, n’est pas contagieux même si il nous renvoie l’image de notre fin, celle que nous voulons à tout prix occulter. Etres passionnants, nourris d’une philosophie acquise par la vie et prêt à la transmettre comme un don, à celui qui prendra quelques instants pour l’écouter et le regarder. Il faut cesser d’en être effrayé.


BORDERLINE retrace à travers des objets, des photos, quelques meubles, des odeurs, toute une vie, un passé qu’ils ont du compresser dans des petits cartons, lors de l’ultime déménagement. L’essentiel d’un « hier » sur lesquels ils peuvent encore poser un regard, revenir et se souvenir pour nourrir le néant du « présent ». Ces objets sont bavards.


BORDERLINE est un hommage à tout ce personnel soignant, à ces directrices d’établissements que j’ai croisé. Ils sont courageux, généreux mais impuissants devant l’urgence et le manque d’intérêt général. Personne n’a le temps d’entourer ses propres vieux. Qu’ont-ils à apporter ? Combien peuvent-ils rapporter ?


BORDERLINE nourrit un rêve. Celui de voir toutes ces personnes usées, handicapées, malades, posées dans cette pièce commune où hurle une télévision et qu’on appelle « salle de vie », se lever, descendre dans la rue et monter des barricades, envahire des autoroutes un jour de départ en vacances, bloquer tout un pays par une grève géante. La grève contre l’indifférence.




EXPOSITION A ENGHIEN LES BAINS





FILM : ENTRE REALISME ET SURREALISME




Flux de photos caché… Cliquer sur une des photos pour afficher la série. 



 MAISON DE RETRAITE ROSE D’AUTOMNE – NONTRON

 

elise et jean berny
eugénie lagarde
jo chalard
marguerite de hericourt
marguerite delbarry
pierre montaletang

 

 RÉSIDENCE JEAN MORACHINI – ENGHIEN LES BAINS

 
lucie marié
simone perrin

 

 RÉSIDENCE LA TRINITÉ – PLOZÉVET

fernande campbell
jean le corre
marie bescond
marie burel


 RÉSIDENCE SANTÉ ANSELME PAYEN – PARIS

amélie lairon
annette gramund
lucette thomazeau
raymonde bartoli
serge rené goubet
therese scherzer
WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann