Québec






film : sur l'herbe des pow wow par marine sans



La Terre Sacrée des Pow Wow


Les mains de l’Histoire, Hands of History, celles des peuples Amérindiens qui ont accueilli jadis les conquérants du Nouveau Monde pour les guider dans leurs découvertes de ces fabuleuses terres promises.

Aujourd’hui, renouant avec le contact, la photographe Anne de Vandiere, rejoint les Autochtones du Canada sur leurs territoires sacrés, la terre des PowWow, pour témoigner du passage des savoirs de génération en génération. Ses portraits rendent compte, avec délicatesse, de la fierté retrouvée malgré le souvenir des heures sombres. Le noir et blanc souligne le ton solennel des rituels de danse avec une intense poésie. Les images vibrantes d’Anne témoignent de son respect profond pour ces peuples oubliés dont elle nous donne, en partage, un reflet d’intemporalité.


Genevieve Chevallier

Anthropologue de l’art Amérindien

Docteur à l’UQAM Montréal








« J’ai construit ‘Plume Blanche’ de mes mains. Les esprits y vivent. Ces plumes, ces os d’animaux protecteurs suspendus aux arbres, sont plus que de simples totems. Je communique avec eux et tout ce qui m’entoure.  Pour les Innus, la Terre est l’île de la Grande Tortue. On vit sur une île qui se promène dans l’univers. En forêt, on marche en territoire. Nous sommes en connexion avec la Terre Mère. Les pistes qu’on utilise , nos ancêtres les utilisaient. On marche dans le pas des anciens et nous en sommes fiers … »


Claude Boivin

Tshapashkush « Beauté et force de la cascade »

Innu- Clan de l’Aigle

Chamane

Flux de photos caché… Cliquer sur une des photos pour afficher la série. 


« L’été c’est les mois des pow-wow, des danses organisées par les Premières Nations. Les danseurs sont identifiés au style de leurs danses, aux mouvements des bras, des mains, des pieds. Ils doivent tenir le rythme au battement du tambour. Le pow-wow, rythmé et dynamique, inépuisable, honore l’énergie perpétuelle du Grand Mystère des forces à l’oeuvre dans l’univers. C’est ce qui caractérise la danse des Amérindiens depuis l’origine du monde ».


Ruhentes Bush

Mohawk

Kanhawake

Danseur de pow-wow



« Je fabrique des capteurs de rêves, guidée par la Terre-Mère et le Créateur. Je suis capable de lire les capteurs de rêve que je crée. Mes mains s’expriment aussi bien sur les tresses de foin d’odeur que sur les racines de cèdre blanc. Mais mon arbre préféré est le bouleau. On le retrouve sur les tipis, dans les canots … C’est un arbre auquel je ne veux pas manquer de respect. Et le respect se travaille dans l’énergie du Grand Esprit. « 


Diane Desbiens

Algonquine et Mic Mac

« Pauwau », Sorcière

Capteuse de rêve

WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann